L'aventure Solidaire accessible à toutes les femmes
FacebookTwitterInstagram
Participer en 2019
L'Aventure Solidaire accessible à toutes les femmes

Quand la gastronomie réunit les femmes : Rencontre autour du couscous

HASSILABIAD, MERZOUGA

Après le henné et la broderie, c’est autour de la gastronomie que les Cap’Fées et les femmes marocaines se sont retrouvées dans la maison d’Aïcha, à Hassilabiad, qui avait réunies une douzaine d’amies autour d’elle pour l’occasion. Ces dernières ont partagé les secrets de fabrication d’un plat érigé en véritable symbole, le couscous, qui figure d’ailleurs parmi les plats préférés des Français. Une fois de plus, les équipages ont été accueillis autour d’un thé à la menthe avant de passer aux choses sérieuses, la préparation d’un couscous, depuis la fabrication de la semoule à la dégustation du couscous terminé, en passant par l’épluchage des légumes.

Un plat long à préparer

« Ça sent bon », remarquent plusieurs Cap’Fées en entrant dans la maison. Elles ont d’abord appris à fabriquer la semoule, simplement à partir de farine de blé et d’eau que les femmes mélangent dans un plat pendant de longues minutes jusqu’à obtenir des petits grains. Fatima explique que ces graines formées sont ensuite séchées au soleil pendant 1 à 5 jours selon les conditions climatiques. Pour la cuisson, il faut compter deux heures et parfois cuire les graines plusieurs fois. Le couscous est un plat long à préparer et qui nécessite d’être patient.

Une « vraie découverte »

« C’est un peu comme quand on fait une pâte à tarte », explique Nathalie, de la team 174 (Nathalie BRETON / Isabelle Carrier - Dolbec International). Alors qu’elle tente de reproduire les gestes des Marocaines. « On a du mal à imaginer qu’un tel mélange devienne de la semoule qu’on mange », « Ça fait un peu mal au bras, il faut beaucoup de force », commente Elyse, de l’équipage 212 (Elyse BEDARD / Alexandra QUESNEL - Gorditos). « C’est vraiment long ! Moi j’achète ma semoule au supermarché, je n’avais aucune idée de comment ça se préparait, c’est une vraie découverte », note Anna, de la team 154 (Anna BARRE / Cécile THIBAULT - Groupe STEVA). La Cap’Fée se déplace d’atelier en atelier avec intérêt, elle qui a l’habitude de cuisiner ce plat pour sa famille.

Un couscous pour la famille au retour

D’autres prennent des notes « pour être sûre de ne pas oublier une étape » quand elles rentreront chez elles, à l’instar de Manon, de l’équipage 105 (Cynthia GAULIN GALLANT / Manon BEAUDRY - Impression Charles). Après avoir épluché des légumes et découvert les épices utilisées pour parfumer le couscous, une surprise attend les équipages : des assiettes remplies de couscous les attendent. « C’est vraiment délicieux, c’est très parfumé », confie Tanya, de la team 381 (Tanya Purcell St-Michel / Emilie SAINT-LAURENT - Air Sponge)et qui se décrit comme « une grande gourmande ». Chaque équipage repart avec son petit sachet de semoule maison. « On va mutualiser les graines et faire un grand couscous pour nos deux familles », expliquent Sophie et Emmanuelle, de l’équipage 242 (Sophie LE MONTAGNER / Emmanuelle PORCHEROT - ASSYSTEM).

Texte par Marine Girard | Photos par Julie Clément et Éric Montgobert

2018-10-10T12:57:18+00:00