L'aventure Solidaire accessible à toutes les femmes
FacebookTwitterInstagram
Participer en 2019
L'Aventure Solidaire accessible à toutes les femmes

Une première étape « au-delà des attentes »

ÉTAPE 1, MEKNÈS – BIVOUAC MARATHON

La journée a commencé tôt pour les équipages qui devaient relier Errachidia, depuis Meknès, soit 360 kilomètres avant de se lancer pour la première étape du Cap Fémina Aventure. Tanya, de la team 381 (Tanya Purcell St-Michel / Emilie SAINT-LAURENT - Air Sponge), prend la route avec un beau bouquet de fleurs envoyé par son compagnon. Sa coéquipière Emilie, elle, n’est pas rassurée. « On dirait que j’ai oublié tout ce que j’ai appris », s’inquiète-t-elle. Les filles de l’équipage 208 (Audrey RAVENEAU / Florence GAUTRONNEAU - SNCF) attendent pour partir après avoir constaté un problème de liquide de refroidissement. « La bonne nouvelle c’est qu’on s’en est rendu compte à temps », soulignent-elles. Une centaine de kilomètres après de départ, les370 (Sandra BERTRAND / Sophie LANEAU - VMware) sont à l’arrêt à cause d’un problème d’embrayage mais Sophie relativise « Mieux vaut que ça nous arrive maintenant plutôt que pendant l’étape ».

« La vraie aventure avec un grand A commence »

Sur la ligne de départ, les Cap’Fées se retrouvent pour déjeuner mais aussi échanger les derniers conseils avant de se lancer. Stéphanie et Marie-Anne, de l’équipage 140 (Stéphanie PINEAU / Marie-anne MERLE - SIMON Denis société de travaux forestiers), ont bien profité de la route de liaison. « Moi je ne pilotais pas donc j’ai fait du tourisme », s’amuse ainsi Marie-Anne, la copilote. « Enfin ! », s’exclame Nadine, de la team 363 (Nadine LAMBELET DIDO / Jessica WEDER DENZLER). « La vraie aventure avec un grand A commence ici », s’exclame-t-elle, pressée de se lancer sur les pistes. Sandrine et Julie, de l’équipage 379 (Sandrine BOISSEL-LUCE / Julie DEAL - Normandy Aéro Spares), ont hâte de leur côté que la première balise soit passée. Pour les 208 (Audrey RAVENEAU / Florence GAUTRONNEAU - SNCF), l’excitation se mêle à l’appréhension du roadbook. Agnès, de la team 157 (Agnès SEVESTRE / Valérie SUDRE-BARON - Boutique ZOUM-ASDECOEUR), prend cette première étape, comme une étape de « réglage » : « ça va permettre de caler la navigation et la conduite », explique-t-elle.

« On s’amuse beaucoup »

Pas trop le temps de réfléchir, les Cap’Fées se lancent rapidement sur les pistes du désert qu’elles attendent depuis longtemps pour la plupart. Leur première étape les conduit tout d’abord dans un village où les équipages échangent avec les enfants positionnés en bord de route. Quelques mètres après le départ, on lit déjà le plaisir sur leurs visages radieux. « On s’amuse beaucoup », commente ainsi Nadège, de la team 280 (Nadege VENDEOUX / Kim BOURBOULOU), un appareil photo autour du coup « pour immortaliser les magnifiques paysages croisés ». Le passage du premier oued offre les premières sueurs froides à certains équipages qui l’abordent très prudemment. Rapidement, les premiers équipages parviennent à l’arrivée où les attend la première rencontre solidaire. « On s’est perdues car on s’est dit que c’était trop simple », raconte Léa, de l’équipage 309 (Flore TRIBOUILLARD / Lea LANQUETIN), une fois la ligne d’arrivée franchie, bien contente d’être arrivée au bout de cette première étape. Même constat pour Mélanie, de la team 142 (Mélanie DUFOUR / Priscilla BARRAT), qui est partie un peu vite car elle était « trop excitée de prendre le départ ». Une première journée « au -delà des attentes » pour Elsa et Mira, de l’équipage 235 (Mira LECOCQ / Elsa POURCENOUX - Sésame Autisme Normandie). Après cette première journée riche en émotion, c’est une belle soirée qui attend les équipages, qui dormiront en autonomie sur un bivouac.

Texte par Marine Girard | Photos par Julie Clément et Éric Montgobert

2018-10-07T23:42:18+00:00